Informations pratiques

Dans cette section nous avons essayé de vous expliquer comment nous avons préparé notre tour du monde, et comment nous l’avons organisé en cours de route…

Le choix de l’itinéraire

C’est évidemment une des première chose dont on s’occupe en préparant un tel voyage. On rêve aux différentes possibilités, on change d’avis incessamment, on se pose plein de questions… Bref, c’est une étape excitante, mais qui prend du temps et qui n’est pas simple.

Les billets d’avion

D’un point de vue pratique, deux approches sont possibles : la planification complète du voyage avant le départ (ou du moins des grandes étapes, c’est-à-dire des pays visités et des vols nécessaires pour passer d’un pays à un autre), ou au contraire l’improvisation complète en cours de route. Cette dernière option offre une grande flexibilité et permet de passer un peu moins de temps à la préparation précise des grandes étapes. Par contre, nous nous sommes rendus compte que les “billets tour du monde” représentaient un coût assez raisonnable tout en conservant une certaine flexibilité. C’est l’option que nous avons choisie.

Les billets tour du monde sont proposés par les grandes alliances de compagnies aériennes. Star Alliance, One World et Skyteam sont les principaux groupes qui les proposent. Chacun offre des avantages et des inconvénients, mais c’est surtout la couverture des régions que vous voulez visiter qui déterminera votre choix. Par exemple Skyteam ne proposait quasiment rien sur l’Océanie, ce qui nous aurait obligé à prendre des billets hors “forfait”. Finalement notre choix s’est porté sur One World, qui nous permettait de visiter les régions qui nous intéressaient (Asie, Océanie et Amérique du Sud) et qui de plus était, à cette époque, la seule alliance à proposer un planificateur de billet “tour du monde” sur son site (les trois proposent maintenant un tel outil). Cela peut paraître un détail, mais sans cet outil, il est nécessaire de passer à chaque fois par une agence de voyage, ce qui est très lourd quand vous changez d’avis cinq fois par jour… :-) Cela permet aussi d’affiner petit à petit son projet et de chercher les meilleurs options (celles qui feront souffrir le moins votre budget)!

Les conditions proposées par One World étaient les suivantes:

  • Durée du voyage: maximum 1 an.
  • Nombre de vols: 16 “segments”, un segment étant équivalent à un vol direct, un vol avec escale(s) consommera donc plusieurs segments même si vous ne sortez pas de l’aéroport. Si vous arrivez à un aéroport et que vous repartez d’un autre, un segment “terrestre” est compté entre ces deux aéroports (vous perdez un segment).
  • Départ et arrivée au même point, il faut faire une boucle
  • Le sens de rotation doit être constant (toujours vers le l’est ou vers l’ouest)
  • Une fois qu’un continent a été visité, il n’est plus possible d’y retourner
  • Les dates sont modifiables gratuitement
  • Les destinations sont modifiables moyennant des frais raisonnables (environ 100 euros en 2011)
  • Le prix final est principalement fonction du nombre de continents visités, du nombre de vols et des taxes d’aéroports (très variable, peut faire varier fortement le prix final du billet).

Le 24 février 2011, environ 10 jours avant notre grand départ, nous avons donc finalement réussi à nous décider pour un itinéraire que vous pouvez consulter en détail sur une autre page du blog. Le billet, qui nous a coûté 2.843,17 euros taxes comprises, a été acheté en ligne sur le site de One World et a été émis par American Airlines (c’est toujours une des compagnies de l’alliance qui émet en pratique le billet, par contre pourquoi AA, compagnie dont nous n’empruntions aucun vol, c’est une question à laquelle nous n’avons pas de réponse…) Nous avons adapté plusieurs fois les dates de nos vols sans problème. Nous avons également dû faire une modification plus importante pour notre dernier vol (Santiago – Paris) qui entre-temps n’existait plus… L’ordinateur nous avait alors gentiment remplacé notre vol par un Madrid – Paris, nous laissant le soin de franchir l’atlantique à la nage! Le problème était que nous étions au maximum de nos 16 segments, et qu’il n’était pas possible pour l’ordinateur qui avait adapté notre billet de nous ajouter un vol Santiago – Madrid plus un vol Madrid – Paris (ça aurait fait 17 segments). Heureusement, nous avons pu obtenir une dérogation et un segment supplémentaire a été ajouté à notre billet. Nous devons d’ailleurs souligner que le service client d’American Airlines (contacté à Paris via Skype) a toujours été très aimable et efficace pour régler ces différentes modifications.

Le climat

C’est bien évidemment un facteur important à prendre en compte! Mieux vaut éviter les saisons des pluies dans certaines régions, et la saison sèche dans d’autres. On vous déconseille par exemple d’aller en Bolivie/Pérou en saison humide à cause des glissements de terrains qui bloquent les routes (et du Salar de Uyuni qui sera sous eau).

Le but du jeu est d’arriver à construire un circuit qui combine, lors des bonnes saisons, les pays que vous voulez visiter, tout en respectant les différentes contraintes liées au billet tour du monde (si c’est ce type de billet que vous choisissez).

On vous conseille de consulter le livre “Où et quand partir” de Jean-Noël Darde (réédité chaque année). En plus de donner de nombreuses infos sur les saisons les plus propices à visiter les différentes régions qui vous intéressent, cet ouvrage est également utile pour estimer le budget pays par pays.

Les formalités administratives

Pour le voyage proprement dit

En ce qui nous concerne, le seul pays pour lequel il était nécessaire d’obtenir un visa avant le départ était l’Inde. Pour l’Australie nous avons également dû remplir le formulaire sur internet pour obtenir le visa électronique (eVisitor visa) avant l’arrivée. La Jordanie et l’Indonésie nécessitaient un visa qu’il était possible d’obtenir à l’arrivée (au passage de frontière). Dans tous les autres pays, seul un tampon sur le passeport était nécessaire et autorisait l’accès au territoire (souvent pour environ 3 mois maximum). Le choix des pays à visiter peut être influencé par les questions de visas. Par exemple, nous avons finalement choisi de ne pas aller en Chine à cause des problèmes pour obtenir un visa à partir d’un pays autre que le pays de résidence et il était impossible de l’obtenir 6 mois à l’avance en Belgique. Les conditions d’obtention changent parfois assez souvent dans certains pays, il faut donc bien se renseigner jusqu’au départ (et même après)!

Avant le départ, nous nous sommes rendus à la “Travel Clinic” (CHU St Pierre, Bruxelles) afin de recevoir les conseils de rigueur, ainsi que les vaccins qui nous manquaient. Le seul vaccin réellement obligatoire est celui de la fièvre jaune, mais nous avons également fait ceux des hépatites A et B, de la typhoïde, et de la rage. Nous avons également eu pas mal d’infos sur le contenu de notre future trousse de secours et sur les traitements à suivre en prévention du paludisme (en fonction des différentes régions).

Assurance Mondial Assistance.

Les dispositions à prendre dans le pays de départ

Quelque soit votre situation, il vous faudra au moins conserver une adresse de contact en Belgique (être domicilié quelque part). Nous étions locataires de notre appartement à Bruxelles et avons donc déménagé deux semaines avant le départ pour laisser nos affaires en dépôt dans la famille. Heureusement nous nous y sommes pris plus à l’avance pour le changement d’adresse car ça nous a pris un mois pour effectuer toute la formalité (y compris passage de l’agent de quartier).

Petit corollaire du déménagement, le changement d’adresse! Surtout si vous avez l’une ou l’autre facture qui traîne et qui risque d’arriver à votre ancienne adresse alors que vous êtes en train de vous amuser à l’autre bout du monde… En particulier les factures d’hôpital qui peuvent être longues à arriver.

Le travail / le chômage

Le budget et les moyens de payement

Une question importante est de trouver le moyen de disposer de l’argent nécessaire tout au long du voyage. Dans de nombreux cas, il n’est pas possible de payer avec une carte, et il n’est bien entendu pas envisageable de partir avec le montant total en euros ou en dollars et de le changer au fur et à mesure. La solution pour laquelle nous avons opté est simplement de retirer aux guichets automatiques (ATM) à l’aide de nos cartes de crédit. Habituellement, les frais pour ce genre de retraits s’élèvent à un montant fixe (environ 5 euros) plus les frais de change. Nous avons utilisé les cartes d’une banque qui proposait des frais fixes nuls pour autant qu’on ait payé anticipativement le montant qu’on désire retirer (dans ce cas la banque ne fait pas “crédit”, mais cela a finalement peu d’importance). Nous avons ainsi pu éviter la plupart du temps de payer trop de frais (c’est tout de même arrivé qu’on oublie de faire le virement à l’avance, qu’on se trompe dans le montant ou qu’il y ait un délai inattendu). Nous avions également pris la précaution de prendre deux cartes différentes, une Visa et une MasterCard.

Autre précaution, nous sommes partis avec une petite réserve de dollars US (l’équivalent de 75 euros), juste au cas où. Elle nous a servi très rapidement puisqu’à la première frontière (jordanienne), nous avons déjà du l’entamer pour payer les visas d’entrée. On a refait le niveau en Thaïlande et elle a encore servi à payer les visas d’entrée en Indonésie. Finalement nous n’avons pas vraiment eu de coup dur qui aurait nécessité l’utilisation de cette petite réserve de sécurité.

Le budget présenté ci-dessous correspond au budget par personne. En bleu, les éléments qui ont été (plus ou moins) neutres pour le budget, en vert (ou rouge) ce qui a eu un impact positif (ou négatif) sur le budget.

Pays Nb. jours prévus Budget/jour prévu Budget total prévu Nb. jours réels Budget/jour réel Budget total réel
Jordanie 15 35 525 15 36,81 552,13 (+27,13)
Inde 35 20 700 36 21,28 766,25 (+66,25)
Thaïlande 17 25 425 17 19,83 337,06 (-87,94)
Malaisie & Singapour 23 25 575 22 20,53 472,21 (-102,80)
Indonésie 30 20 600 29 28,59 829,23 (+229,23)
Hong-Kong 3 25 75 4 32,25 129,01 (+54,01)
Japon 17 45 765 17 62,30 1.059,12 (+294,12)
Australie 28 45 1.260 27 45,81 1.236,84 (-23,16)
Nouvelle-Calédonie 21 45 945 36 33,05 1.189,82 (+244,82)
Nouvelle-Zélande 42 45 1.980 70 37,10 2.597,18 (+707,18)
Chili 28 35 980 33 33,35 1.100,42 (+120,42)
Perou 28 25 700 15 26,57 398,57 (-301,43)
Bolivie 28 18 504 21 18,19 382,00 (-122,00)
Brésil 7 40 280 0 0 0 (-280,00)
Argentine 28 30 840 21 39,55 830,58 (-9,42)
TOTAL ou MOYENNE 350 31,61 11.064 363 32,73 11.880,39 (+816,39)

Les décalages de un jour entre nombre de jours prévus et réels peuvent être simplement dus au fait que le jour du vol a pu être compté dans le pays de départ ou d’arrivée (cela ne correspond pas à une modification du billet). Les budgets par pays sont des estimations relativement exactes, mais il faut tenir compte du fait que certaines dépenses ont été effectuées dans un pays alors qu’elles se rapportent plutôt à un autre (par exemple l’excursion au Salar de Uyuni a été payée au Chili, alors qu’elle se déroule en Bolivie). Il y a aussi notre réserve de dollars initiale (dépensés en partie à la frontière Jordanienne pour le visa), que nous avons renouvelé en Thaïlande (et dépensé ailleurs).

L’équipement

Poids et composition du sac
Mini PC

Les petites choses que nous avons acheté en cours de route pour compléter notre équipement.