Noël à Sucre

Samedi 24 décembre (suite):
Pour la soirée du réveillon de Noël, nous voulions nous faire un bon resto et aller à la messe. Nous avons essayé de savoir à quelle heure était la messe à la cathédrale de Sucre mais nous obtenons toujours une heure différente: entre 21h et 23h30. Évidemment, ce n’est pas indiqué sur la porte de la cathédrale… Nous allons donc au resto vers 20h30. Nous voulions aller au resto français La Taverne mais celui-ci était fermé. Nous nous rendons donc à un autre qui nous avait été recommandé: La Nouvelle Cuisine. En y allant, nous passons devant la cathédrale. Les portes sont fermées et il n’y a personne devant. Nous continuons donc notre chemin jusqu’au resto qui, comme son nom ne l’indique pas, n’est ni français, ni ne fait de la nouvelle cuisine. Ils font simplement de la viande au barbecue le soir. Notre repas de réveillon sera donc un délicieux steak-frites avec une bonne viande bien tendre! Nous finissons de manger vers 21h30. Nous repassons donc devant la cathédrale… toujours fermée… Comme nous avons oublié l’appareil-photo à l’hôtel, nous y retournons et en profitons pour voir si l’information est sur le net. Nous trouvons là aussi différents horaires et tombons sur un article d’un journal à la date du 24 décembre 2011 avec une interview de l’évêque ou archevêque de Sucre donnant 21h comme heure de la messe de Noël á la cathédrale. C’est la source la plus sérieuse que nous ayons trouvée. Il est déjà 22h, il faut donc croire que nous l’avons loupée… Tant pis, on est fatigués et on part tôt le lendemain matin pour le marché de Tarabuco.

Dimanche 25 décembre:
C’est Noël! Mais c’est aussi dimanche… et le dimanche, il y a le marché de Tarabuco qui, d’après ce qu’on avait lu, vaut le coup pour les achats d’artisanat. Donc nous voilà partis pour une excursion à la journée pour Tarabuco. C’est à 1h30 de Sucre. En passant devant une église vers 8h, nous voyons plein de gens avec des poupons de petits jésus dans des petits berceaux qui sortent de l’église. Nous profitons d’avoir un guide pendant l’excursion pour lui demander ce qu’il se passe. En fait, chaque famille fait bénir chaque année le jésus de sa crèche le jour de Noël. Arrivés à Tarabuco, notre guide obtient que l’on puisse rentrer dans une maison. On y voit les enfants qui dansent devant la crèche. On nous offre des buñuelos (beignets). Nous nous rendons ensuite sur la place principale. Là, nous sommes contents d’avoir un guide car il nous explique beaucoup de choses sur l’histoire de cette communauté. En particulier, une grande victoire sur les espagnols dont ils sont très fiers et qui a influencé leur costume traditionnel. Notre guide nous laisse ensuite 3h pour profiter du marché. Nous nous attendions à quelque chose de plus grand. Finalement, on y trouve à peu près la même chose qu’ailleurs. Mais comme c’est Noël, on se laissera quand même tenter par des taies de coussins. Pour midi, nous allons manger dans un petit resto. Ils nous servent une “picana”, repas traditionnel de Noël. C’est en fait un ragout avec du poulet, des patates, du maïs, etc. C’est très bon. La patronne est une vraie pile électrique, elle a une énergie dingue. Elle reçoit tout le monde un par un, prend les commandes, fait même un petit show de danses traditionnelles, le tout avec un grand sourire. Mais bon, avec toute cette agitation, les quelques personnes qui l’aident semblent complètement perdues. La moitié des jus commandés à notre table n’arriveront qu’à la fin du repas, après être venus au moins 6 fois nous demander de répéter notre commande. Enfin bon, c’était quand même un très bon moment. Dans notre groupe, nous rencontrons un couple de français. Ils sont allés à la messe de Noël la veille, un peu par hasard, et en fait, elle était à minuit!! Arf… Sur le chemin du retour, nous voyons beaucoup d’enfants sur le bord de la route tendant les mains. Ils attendent le ‘père Noël’… ou en tout cas, des gens qui veuillent bien s’arrêter pour leur donner un cadeau ou des bonbons. Le soir, nous profitons que La Taverne est ouverte cette fois pour se faire un bon resto gastronomique pour fêter Noël. Au menu: langue de bœuf sauce au piment et chocolat, pavé de bœuf caramélisé aux pommes et au whisky. Pas mauvais quoiqu’un peu décevant puisqu’on n’avait ni le gout du chocolat ni le gout du whisky.

Lundi 26 décembre:
Qui dit lendemain de fête, dit grasse mat’… mais non! Le seul autre touriste présent dans l’hôtel a surgit dans notre chambre à 8h30! ggrrr… Enfin bon, nous finissons donc par nous lever et allons tester quelques gâteaux locaux. On a été très impressionnés par le nombre de bon gros gâteaux à la crème qu’on trouve un peu partout en Bolivie. Il fallait donc qu’on essaie. L’après-midi, nous allons au mirador de La Recoleta. C’est un endroit très joli et agréable avec un belle vue sur la ville. Le soir, nous profitons d’un billet gratuit donné par l’agence qui nous avait vendu le tour à Tarabuco (Joyride) pour aller voir un film dans leur ciné-café: The Devil´s miner. C’est en fait un documentaire sur un enfant de 14 ans qui travaille dans une des mines de Potosi. C’était vraiment très intéressant et ça nous a conforté dans notre choix de ne pas aller voir ces mines en personne.

Mardi 27 décembre:
Après une matinée tranquille, nous décidons un peu tardivement d’aller voir les empreintes de dinosaures au Parque Cretacico. On arrive une demi-heure avant la fermeture. On fait donc le parc au pas de course. Les empreintes de dinosaures sont en fait assez loin. On les devine dans la falaise mais il faut de bonnes jumelles pour vraiment les voir. Après le parc, nous retournons dans le centre pour aller voir le spectacle: origenes bolivianos. Nous n’avions rien réservé et nous avons bien fait d’arriver très tôt car il n’y avait plus que 2 petites tables de libre. C’était un très beau diner-spectacle. Les costumes sont très colorés. Les danseurs sont débordants d’énergie. Et pour ceux qui voudraient y aller, n’oublier pas de demander le petit papier avec la traduction des commentaires, c’est bien utile pour bien comprendre l’histoire qui se cache derrière chaque danse. Ça nous a tellement plu qu’on est ressortis de là avec le CD du spectacle.

Mercredi 28 décembre:
Voilà, c’est notre dernier jour à Sucre. On décide de retourner au Mirador de La Recoleta prendre un jus de fruit en profitant de la vue. Le lendemain, c’est l’anniversaire de Laurent, je lui offre un disque dur externe car on a eu quelques difficultés à faire une sauvegarde des photos depuis la NZ, et ça ne s’améliore pas en Amérique du Sud. Le soir, nous prenons un bus de nuit pour La Paz: 12h de bus tout confort.

This entry was posted in Bolivie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply